Le Monde de Nalya

Actualité du monde du livre et de l'éducation. Conseils et adresses pour préparer le CAPES documentation et le concours de bibliothécaire territorial.

17 janvier 2008

Ecole de Palo Alto

Présentation : il s’agit d’un groupe de chercheurs d’origines scientifiques diverses qui, a un moment donné de leur activité, ont travaillé à Palo Alto, petite ville de la banlieue de San Francisco. Aussi appelé "Collège Invisible" parce que regroupant des idées et théories, plus que des individus installés dans la ville. Cette école s’inspire de la systémique pour élaborer une théorie de la communication différente de celle présentée par les ingénieurs Shannon et Weaver : ils développent une approche pragmatique de la communication.

→ Ce groupe de chercheurs se veut innovant et, avec entre autres Gregory Bateson, Jay Haley, et Don Jackson, Paul Watzlawick va faire de cette Ecole de Palo Alto une référence dans les domaines des théories de la communication, de la psychothérapie et de la thérapie familiale.

Fondée dans les années 50 par Gregory Bateson, l’appellation «Ecole de Palo Alto » regroupe en réalité deux groupes qui vont travailler en parallèle avec continuité et divergence :

  • Le premier autour de Bateson et de sa théorie de la  communication (« double-bind ») en lien avec la cybernétique, les méthodes  de Milton Erickson et les diagnostiques brillants de Don Jackson, entre      1952 et 1962.
  • Le second groupe avec la création du MRI (Mental   Research Institut) en 1959 par Jackson, l’arrivée de Watzlawick en 1962 et ses travaux sur l’homéostasie familiale.

→ L’idée fédératrice de ces différents auteurs est que tout élément communique et entre en relation avec la totalité à laquelle il appartient.

Le fondateur : Gregory Bateson (1904-1980) et son groupe.

Anthropologue d’origine anglaise, Bateson parcourt le monde dans le cadre de recherches en biologie.

En 1951, il publia, avec le psychiatre Jurgen Ruesch un livre intitulé Communication : The social matrix of psychiatry dans lequel il développait plusieurs concepts qui constituaient autant d’ébauches d’un tournant majeur dans l’appréhension des phénomènes de communication.

  • L’idée centrale de l’ouvrage consiste à concevoir la communication comme la matrice dans laquelle sont enchâssées toutes les activités humaines.
  • Aussi, il élargit le champ de la communication à tous les processus par lesquels les individus s’influencent mutuellement.
  • Et distingue 4 niveaux de communication : intrapersonnel (avec soi-même), interpersonnel (entre deux personnes), groupal (entre plusieurs personnes) et culturel  (entre de nombreux individus).

En 1952, il reçoit une subvention de la fondation Rockfeller pour étudier les « paradoxes de l’abstraction dans la communication » : c’est la naissance du premier groupe de Palo Alto avec le « projet Bateson ».

→ Composition du groupe : Bateson, de jeunes chercheurs tels que John Weakland, Jay Haley, William Fry ; et deux hommes clés : Donald D. Jackson qui rejoint le groupe lors du départ de Fry (1954) et Milton Erickson qui, sans faire partie du groupe, l’influence par son charisme et ses méthodes.

Le projet débouche ainsi sur l’élaboration de la théorie du double-bind ou double contrainte formulée en 1956 dans leur article intitulé Vers une théorie de la schizophrénie.

Pour eux, « Le paradoxe est un modèle de communication qui mène à la double contrainte ». C’est cette situation qu’ils trouvèrent dans les familles de schizophrènes sans conclure cependant qu’il s’agissait d’une causalité linéaire vers la maladie mentale.

La théorie affirme l'existence de relations conflictuelles entre le malade psychotique et son entourage, le dernier donnant au premier des ordres absurdes et impossibles à exécuter (en résumé caricatural: je te donne l'ordre de me désobéir, sinon...). Ces ordres impossibles à respecter étant, forcément, toujours suivis de sanctions, ils entraîneraient ainsi l'apparition de la psychose.

Autre ex : C’est le cas lorsque l’on vous dit "soyez naturel". Car on vous invite à "être" ce que précisément la même invitation empêche : d’être naturel.

Ce projet, dirigé par Bateson va durer jusqu’en 1962, date à laquelle celui-ci part pour poursuivre ses propres recherches dans le domaine de la communication : la psychiatrie n’a jamais été pour lui qu’une application parcellaire de ses théories.

Jackson, qui a toujours été intéressé par les applications pratiques du projet fonde en 1959 le Mental Research Institute (MRI), constituant le second groupe de Palo Alto.

Le Mental Research Institute ou le second groupe :

En 1959, le psychiatre Don Jackson, déjà lié au groupe autour de Bateson à l’invitation de ce dernier, fonda à Palo Alto le MRI avec l’ambition avouée d’étudier dans le détail la schizophrénie et d’en extrapoler des éléments théoriques sur la communication interpersonnelle.

Dès 1960, il fut rejoint par Paul Watzalawick, psychiatre d’origine autrichienne.

Leurs travaux s’inscrivaient explicitement dans la foulée des théories du groupe de Bateson, mais il convient de noter que les deux groupes demeurèrent distincts et affichèrent régulièrement leurs divergences.

Watzlawick et Jackson, rejoints par Weakland, Fisch, Hall et d’autres encore crée la psychothérapie systémique basée notamment sur la notion d’homéostasie familiale qui suppose que soigner une pathologie psychiatrique chez un membre de la famille passe par la prise en compte de toute la famille, la personne malade n’étant qu’un symptôme de la pathologie du système (famille).

→ il s’agit d’une perspective empreinte de systémique et cybernétique.

En 1967, dans leur ouvrage Pragmatics of Human Communication (une logique de la communication), Paul Watzlawick, Jeanet Beavin et Don Jackson entendaient présenter une synthèse des travaux du groupe de Watzlawick et de Betson.

Dans le second chapitre « Propositions pour une axiomatique de la communication » ils énoncent 5 axiomes qui s’inscrivent dans la pragmatique, que l’on a nommé les axiomes de Watzlawick qui sont des propriétés fondamentales de la communication, des sortes de principes fondateurs de la pragmatique de la communication.

1- "On ne peut pas ne pas communiquer."

2- "Toute communication présente deux aspects : le contenu et la relation, tels que le second englobe le premier et par suite est une méta-communication."

3- "La nature d’une relation dépend de la ponctuation des séquences de communication entre les partenaires."

4- "Les êtres humains usent simultanément de deux modes de communication : digitale et analogique."

5- "Tout échange de communication est symétrique ou complémentaire, selon qu’il se fonde sur l’égalité ou la différence."

Sources : HEINDERYCKX, François. Une introduction aux fondements théoriques de l'étude des médias, Liège, Cefal-Sup, 2002 ; cours "les thérapies systémiques (historique)".

http://www.wikio.fr
Posté par Nalya à 11:28 - Auteurs - Commentaires [2] - Permalien [#]

  • felicitations

    c'est tout simplement superbe!!!

    Posté par : jonas bonneval
    Le 30 mai 2011 à 01:59
    Ton avatar dans les commentaires ? Inscris toi sur Gravatar

  • مدرسة بالو ألدو

    أريد مراجع حول مدرسة بالو الدو إذ متوفر لديكم أرجوكم

    Posté par : Amira Ababsa
    Le 10 novembre 2018 à 14:06
    Ton avatar dans les commentaires ? Inscris toi sur Gravatar

Poster un commentaire